RETOUR

Virginie Rozière

CP – Assassinat du journaliste Ján Kuciak: Virginie Rozière revient sur les mesures nécessaires pour protéger les journalistes dans l’UE

le 20 avril, 20

En réaction à l’assassinat du journaliste d’investigation Ján Kuciak et de sa fiancée Martina Kušnírová, les eurodéputés ont appelé jeudi à des mesures pour renforcer la protection des journalistes dans l’Union Européenne.

Virginie Rozière, eurodéputée radicale de gauche, revient sur l’importance de mener une enquête indépendante : « Il est essentiel que l’assassinat de Jan Kuciak et de Martina Kušnírová fasse l’objet d’une enquête approfondie et indépendante pour identifier ses auteurs et commanditaires et les traduire devant la justice ! Jan Kuciak avait déjà été victime d’intimidations et de menaces qu’il avait signalées aux autorités. Aujourd’hui, même si les pouvoirs slovaques souhaitent collaborer avec les autorités internationales et la direction italienne chargée des enquêtes anti-mafia, nous demandons la mise en place d’une équipe d’enquête commune et codirigée par Europol. »

Dans la Résolution votée jeudi, le Parlement européen a également insisté sur l’amélioration protections, au niveau national et européen, pour garantir la sécurité des journalistes, des blogueurs et des lanceurs d’alerte. Virginie Rozière dit saluer ce texte qui « réaffirme l’importance capitale des journalistes d’investigation pour la démocratie et de l’état de droit et qui condamne les propos outrageants proférés par certains responsables politiques européens à leur encontre ».

«  Il est primordial pour l’ensemble de la société que les journalistes d’investigation bénéficient d’une protection maximale » explique l’eurodéputée. En tant que rapporteure sur le dossier de la protection des lanceurs d’alerte, elle se félicite que la résolution adoptée par le Parlement européen souligne l’apport primordial de ces derniers à la transparence de nos institutions et leur contribution à l’information du public : « les lanceurs d’alerte sont indispensables aux journalistes d’investigation et à l’indépendance de la presse. Il est nécessaire pour la liberté et la sécurité de la presse de garantir la confidentialité des sources et de veiller à ce que la sûreté personnelle et les moyens de subsistance des journalistes d’investigation et des lanceurs d’alerte soient protégés » rappelle-t-elle en faisant directement allusion au texte sur la protection de ces vigies citoyennes que la Commission doit proposer lundi prochain.