RETOUR

Virginie Rozière

Comment les lobbies dévorent l’Europe, dans Marianne

Dans le flou bruxellois

Au sein de ces espaces aux contours flous, où fraient sans distinction parlementaires et lobbyistes, dans un mélange des genres très bruxellois, de nombreux événements sont organisés. L’European Internet Forum a, par exemple, organisé ces dix derniers mois des voyages à Barcelone et Washington. Cette société, qui compte dans ses rangs 75 eurodéputés, est financée par le gratin du numérique, et notamment les surpuissants Gafam. En 2018, elle a accumulé la somme démesurée de 548 millions d’euros de cotisations. Soit davantage que le budget annuel d’un département comme l’Aude…

De quoi offrir aux Gafam un sacré pouvoir de nuisance. Ils l’ont prouvé lors du débat sur la directive dite « droits d’auteur », vouée à améliorer la rémunération des auteurs de contenu en ligne. « Ils ont été jusqu’à simuler une mobilisation citoyenne », s’indigne l’eurodéputée apparentée LRDG Virginie Rozière. Dans les jours qui précèdent le vote en séance plénière, les Gafam achètent des camions publicitaires demandant aux élus européens de voter non à la directive, et les font circuler dans Bruxelles.