RETOUR

Virginie Rozière

Communiqué de presse – Bahamas Leaks : trop c’est trop !

Le consortium de journalistes ICIJ révèle une nouvelle fois l’importance des montages offshores et des personnalités qui en bénéficient. Cette fois-ci, c’est l’ancienne Commissaire européenne à la concurrence et au numérique qui est épinglée, Neelie Kroes. Elle est restée directrice d’une société offshore de 2000 à 2009 alors même qu’elle était en poste à la Commission, à partir de 2004. Une casquette de directrice qu’elle n’a jamais mentionnée dans ses déclarations d’intérêts.

Bien sûr, cette « omission » est une véritable entorse au code de conduite que les Commissaires européens doivent respecter. Mais pire, de graves soupçons de conflits d’intérêts pèsent sur Mme Kroes. En effet, alors que celle-ci organisait l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie en Europe, on apprend aujourd’hui que la société dont elle était directrice opérait dans le domaine énergétique ! Cette affaire éclate alors que M. Barroso, Président de la Commission à la même époque, est lui-même mis en cause pour son recrutement à Goldman Sachs.

« Mme Kroes symbolise l’ère Barroso, l’ère des sans-scrupules » a déclaré Virginie Rozière. « Il faut d’urgence faire cesser ces pratiques scandaleuses. Ces personnes doivent être sanctionnées et le code de conduite de la Commission doit être considérablement renforcé ! Par ailleurs, la commission d’enquête sur les Panama Papers doit voir son mandat étendu pour faire la lumière sur ces nouvelles révélations. La lutte contre l’évasion fiscale continue de progresser en Europe, notamment grâce à ces informations, il faut s’en féliciter ! » a ajouté la députée européenne, membre de la Commission d’enquête sur les Panama Papers.