RETOUR

Virginie Rozière

Communiqué de presse – Indications géographiques sacrifiées dans le traité transatlantique… Virginie Rozière dénonce la faiblesse des négociateurs européens

Greenpeace a rendu publics des documents sur l’état des négociations entre l’Union européenne et les États-Unis sur le « Traité transatlantique » (TAFTA). Les négociateurs européens – bien trop faibles – sacrifient de plus en plus pour arriver à un accord à tout prix, au risque d’obtenir un accord au rabais.

Cette fois, c’est à la protection des « indications géographiques » européennes, et à l’accès équitable des entreprises européennes aux marchés publics américains qu’il faudrait renoncer.

Pour les eurodéputés socialistes et radicaux, ces nouvelles informations confirment des inquiétudes déjà exprimées : les promesses d’harmonisation par le haut ne seront manifestement pas tenues. L’Union européenne, dès lors, doit s’interroger et envisager de suspendre les négociations.

Virginie Rozière rappelle que « L’accord conclu au terme des négociations doit être mutuellement avantageux pour les deux parties, et pour l’ensemble des citoyens Européens, ou il n’aura pas de suite. Les socialistes et radicaux s’opposeront à la ratification d’un traité qui mettrait en cause les intérêts stratégiques, le modèle social et économique ou les normes sanitaires et environnementales de la France et de l’Europe. Les négociateurs, tant européens qu’américains, devraient par ailleurs se souvenir que si le Traité ne répond pas à ces exigences, trois types d’instances pourront le rejeter : le Conseil, le Parlement européen et les parlements nationaux… Nous, députés européens socialistes et radicaux, saurons leur rappeler nos exigences ! »