RETOUR

Virginie Rozière

Communiqué de presse – Les gagnantes du Prix Sakharov appellent l’UE à reconnaître le génocide des Yézidis

Strasbourg, le 12 décembre 2016

  • Le Parlement européen décernera demain son Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit à deux femmes yézidies qui ont fuit Daech
  • Les deux lauréates demandent à l’Union européenne de reconnaître et de s’opposer au génocide actuellement en cours
  • 104 députés européens ont écrit à la Haute représentante de l’UE pour reconnaître ce génocide et protéger ses survivants

Le Parlement européen décernera demain son Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit à Nadia Mourad et Lamiya Aji Bachar, deux femmes yézidies qui ont fuit Daech.
En 2014, Daech a capturé Nadia et Lamiya dans le district du Sinjar, en Irak. Elles se sont échappées après plusieurs mois d’esclavage, et vivent désormais en Allemagne.

Nadia Mourad et Lamiya Aji Bachar ont déclaré aujourd’hui : “Nous sommes honorées et reconnaissantes au Parlement européen pour son Prix Sakharov. Mais l’Union européenne doit aller plus loin et nommer ces crimes pour ce qu’ils sont : un génocide de notre peuple.”
“Nous demandons à l’Union européenne de poursuivre l’État Islamique devant la Cour pénale internationale, devant un tribunal international ou une cour spéciale.”
L’UE – et tous les acteurs préoccupées par le sort des Yézidis, des Chrétiens et des autres minorités vulnérables dans le Sinjar et la région du Nineveh – doit établir une zone de sûreté pour nous permettre de rentrer chez nous.”
Si le monde ne peut pas nous protéger dans nos terres ancestrales, que l’Europe nous offre la sûreté et l’asile.”

Les États-Unis ont reconnu le génocide des Yézidis par Daech en mars 2016, et les Nations Unies en juin. Le Parlement européen l’a reconnu en février, demandant aux États membres de le rejoindre. L’Union européenne reste silencieuse.
104 députés européens ont écrit à la Haute représentante de l’UE, Federica Mogherini, lui demandant de reconnaître ce génocide visant particulièrement les femmes et les filles, et d’appeler à des poursuites internationales.

Les co-auteurs de la lettre Lars Adaktusson (Suède, PPE), Beatriz Becerra (Espagne, ADLE),  Sylvie Guillaume (France, S&D), Heidi Hautala (Finlande, Verts/ALE), Virginie Rozière (France, S&D), et Marietje Schaake et Sophie in ‘t Veld (Pays-Bas, ADLE), ont ajouté : “Nous sommes plus de 100 députés à demander que l’UE reconnaisse officiellement ce génocide, et demande des poursuites internationales. La Haute représentante Mme Mogherini se doit de donner l’exemple.”
“Dans une résolution adoptée en février, nous avons reconnu ce génocide et avons appelé à établir une zone de sûreté pour permettre aux réfugiés de rentrer chez eux. Nous espérons que ce prix attirera l’attention sur le calvaire de Nadia et Lamiya.

Nadia Mourad est ambassadrice de bonne volonté pour la dignité des survivants de la traite des personnes auprès des Nations Unies. Elle a reçu le Prix Václav Havel pour les Droits de l’Homme du Conseil de l’Europe. En décembre 2015, elle demandait au Conseil de sécurité des Nations Unies d’arrêter l’État Islamique.

Liens et contexte

Le Global Justice Center est une ONG qui défend les droits des femmes dans le droit international depuis 2005. Elle est basée à New York et accréditée auprès des Nations Unies.