RETOUR

Virginie Rozière

COMMUNIQUE DE PRESSE – Virginie Rozière se félicite de l’adoption de son rapport sur les indications géographiques des produits manufacturés en séance plénière du Parlement européen

Le rapport de Virginie Rozière a été adopté aujourd’hui par le Parlement européen. C’est un premier pas vers une protection européenne des savoir-faire européens.

C’est à 608 voix sur 694 exprimées, que le Parlement européen a adopté le rapport de Virginie Rozière, eurodéputée radicale de gauche (S&D).

Couteaux de Laguiole dans le Sud-ouest, tapisserie d’Aubusson en France, cristal de Bohême, tartans écossais, ou encore marbre de Carrare en Europe, ne sont pour l’instant protégés que dans la moitié des pays de l’Union européenne, par des instruments juridiques nationaux inégaux, car il n’existe à l’heure actuelle pas de réglementation européenne harmonisée pour ces produits industriels et artisanaux.

Les producteurs qui souhaitent protéger une indication géographique non agricole au sein de l’Union Européenne doivent ainsi en faire la demande dans chaque État lorsque c’est possible… ou renoncer à une telle protection, et risquer l’usurpation de leur nom par des industriels alors libres d’utiliser indument un nom symbole de qualité, d’histoire et de savoir-faire.

Les avantages d’une protection uniforme au niveau de l’Union seront immenses. Pour les territoires. Pour les entreprises. Pour les consommateurs.

Et ce sont près de 800 produits reconnus par la Commission qui pourront en bénéficier. La garantie du lieu de leur d’origine et de leurs caractéristiques augmentera l’attractivité de ces produits pour les consommateurs. Cette valeur-ajoutée nouvelle permettra et poussera les fabricants traditionnels à investir. Les indications géographiques protégées amélioreront également l’image du lieu d’origine, favorisant ainsi le tourisme et la création d’emplois.

« Étendre les indications géographiques aux produits non-agricoles serait un signal politique fort, un solide engagement de l’Union européenne pour défendre ses productions locales. Car plus que des produits, ces célèbres noms sont l’écho d’une histoire, d’une culture et d’une expertise. Ils représentent le patrimoine européen, notre patrimoine. À la fois unique, et varié. Il est désormais de la responsabilité de la Commission européenne, qui dit vouloir agir pour la croissance et l’emploi, d’annoncer au plus vite une législation européenne pour les indications géographiques non agricoles » a déclaré Virginie Rozière.

Consulter le rapport

Visionner l’intervention en plénière