RETOUR

Virginie Rozière

CP- Budget 2018 de l’Union européenne : faire cesser l’hypocrisie

Face aux coupes drastiques imposées par le Conseil, les membres de la délégation socialiste et radicale française au Parlement européen n’ont pas voté le budget 2018 pour l’Union européenne

Les eurodéputés  dénoncent avec force l’hypocrisie des États membres qui, tout en demandant toujours plus à l’Union européenne, réduisent dangereusement son budget.

L’Union européenne mérite les moyens de ses ambitions. Tous ceux qui sont assis autour de la table des négociations disent partager nos priorités pour 2018 : l’investissement, l’emploi, la croissance durable, la gestion des défis migratoires, la lutte contre le chômage des jeunes. Pourtant ces discours ne sont jamais traduits  en lignes budgétaires fortes ou programmes opérationnels efficaces.

Comment peut-on attendre de l’Europe qu’elle prenne à bras le corps la question de la cohésion, de l’emploi des jeunes, du changement climatique, de la crise agricole, de la recherche, de la défense, de l’accueil des réfugiés, tout en lui refusant chaque année les moyens pour le faire ?

L’impossible équation imposée une nouvelle fois par le Conseil, oblige de fait l’Union européenne à opérer des sacrifices dans les politiques menées. C’est pourquoi,  les membres de la délégation socialiste et radicale ont fait le choix de ne pas voter ce budget. Les premières victimes de ces saignées budgétaires seront ceux qui les imposent, à savoir les États membres, incapables à leur niveau, de faire face aux défis d’une époque transnationale.

 

« Diminuer toujours plus le budget  et diviser ce qui reste, voilà la stratégie pratiquée par les États membres depuis des années. Cela fait trop longtemps que les égoïsmes nationaux rongent les programmes qui seraient bénéfiques à leurs citoyens » a déclaré Virginie Rozière. « Pour s’affranchir de leur mauvaise volonté, il est de plus en plus impératif que l’Union européenne étoffe ses ressources propres » a ajouté l’eurodéputée radicale de gauche.