RETOUR

Virginie Rozière

CP_ Une nouvelle ambition pour l’Europe : le parlement européen se prononce sur le futur cadre financier de l’Union européenne post 2020

La position du parlement était très attendue car le rapport voté aujourd’hui aura une influence décisive sur le prochain cadre financier pluriannuel de l’Union.

Les députés du groupe S&D se sont félicités de son adoption. Parmi eux, Virginie Rozière explique « il nous fallait un budget qui réponde aux ambitions de l’UE. C’est pourquoi le compromis obtenu par Isabelle Thomas, co-rapporteure sur ce texte,  prévoit de l’augmenter à hauteur de 1.3 % du PIB.  Jusqu’à maintenant, chaque nouvelle priorité de l’Union, comme la défense ou le renforcement de la protection de nos frontières extérieures, a été financée en ponctionnant les politiques d’investissement déjà existantes. Notre position vise donc à maintenir les politiques européennes à leur niveau actuel tout en permettant à l’Union de faire face à ses nouvelles responsabilités » complète-t-elle.

De nouvelles responsabilités, l’Union s’est engagé à en prendre, particulièrement en ce qui concerne le développement durable. C’est la raison pour laquelle Virginie Rozière se félicite, qu’alliés aux autres groupes de gauche, les sociaux-démocrates aient appelé à une augmentation de l’objectif d’investissement lié au climat : « D’ici 2027, 30 % du budget devrait lui être consacré » précise l’eurodéputée radicale de gauche.

Les ambitions de ce texte ont été alignées sur la proposition de réforme du système de ressources propres de l’Union Européenne. Une initiative visant à diminuer la part des contributions nationales et à doter l’Union de recettes autonomes et plus transparentes.

Pour Virginie Rozière, ce rapport était aussi l’occasion pour le Parlement européen de définir sa vision d’une Europe renouvelée et de regarder vers l’avenir : « Nous avons été particulièrement attentifs aux nouvelles générations avec le doublement des capacités de l’Initiative Européenne pour la Jeunesse, afin de faciliter l’accès des moins de 25 ans au marché du travail. Nous souhaitons également voir les fonds du Programme Erasmus multipliés par trois »

Enfin, en ce qui concerne l’orientation générale de ce rapport, Virginie Rozière ne souligne qu’un « financement ambitieux au service d’une agriculture plus durable et d’une politique de cohésion cohérente est un pan essentiel de notre stratégie d’avenir pour une Europe plus forte et solidaire »

Reste à guetter la réponse de la Commission européenne attendue le 2 mai prochain lors de la présentation de sa  propre proposition pour le prochain cadre financier pluriannuel de l’Union Européenne.