RETOUR

Virginie Rozière

CP_Taxe sur les aides aux vacances : alors qu’Emmanuel Macron s’offre un week-end, c’est l’accès aux vacances des plus modestes qui est menacé.

A la veille des vacances de Novembre, à l’heure où Emmanuel Macron s’octroie un week-end prolongé pour « souffler », l’assemblée nationale vient d’adopter, dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale, l’assujettissement des aides aux vacances versées aux salariés aux cotisations sociales et à l’impôt sur le revenu.

« Ce sont plus de 12 millions de salariés et retraités aidés par les 33000 comités d’entreprises qui sont concernés. Selon les dernières études, c’est 1 foyers sur 5 qui ne partirait pas sans ces aides, ce qui risque d’arriver si les comités d’entreprises voient leurs moyens amputés. Et comme toujours ce sont les foyers les plus modestes qui seraient les premiers touchés. » dénonce Virginie Rozière, députée européenne et présidente du comité régional du tourisme d’Occitanie.

Pour l’eurodéputée, co-présidente des Radicaux de Gauche, l’accès aux vacances pour tous est tout autant un enjeu de cohésion sociale qu’un levier économique : « Quand on connaît l’effet multiplicateur des aides apportées par les comités d’entreprises, 5€ de retombées économiques pour 1€ investi, on mesure à quel point cette mesure est absurde économiquement, mais aussi socialement parlant. »

Déjà durement touchés par la baisse des APL, le gel des prestations sociales et la hausse des taxes sur les carburant, les ménages les plus modestes verraient une nouvelle fois leur pouvoir d’achat menacé.

« Combien de familles devront faire l’impasse sur leurs vacances ? Au-delà de la frustration que cela engendre pour les premiers concernés, ne pas partir en vacances installe un sentiment de déclassement et prive les plus jeunes de l’accès à de nouveaux horizons qui constitue un réel levier d’émancipation. Une fois de plus, c’est aux plus modestes qu’on demande des sacrifices pour financer les cadeaux fiscaux faits aux plus riches dès le début du quinquennat ! » souligne Virginie Rozière.