RETOUR

Virginie Rozière

Directive « lanceurs d’alerte », illustration du pouvoir du Parlement européen, ElectronLibre

Fruit du travail de Virginie Rozière, la directive « lanceurs d’alerte » adoptée aujourd’hui est encore une fois le signe que le Parlement européen est largement en mesure de peser sur le contenu des textes européens quand il s’en donne les moyens.

Si Virginie Rozière a déclaré cet après-midi que « la proposition initiale de la Commission était intéressante« , il n’en demeure pas moins que la version du texte adoptée aujourd’hui par le Parlement a fait suite à un trilogue très tendu. « Certains Etats avaient une vision plus étriquée de la protection« , a t-elle déclaré, « tout le monde considère ce texte comme une avancée de l’intérêt général européen. Cette belle unanimité ne doit pas faire oublier les péripéties nombreuses qui ont émaillé ce chantier« .

Au final, résume Virginie Rozière, « le Parlement a fait la démonstration de sa capacité à peser de tout son poids dans la négociation, parvenant in fine à convaincre le Conseil, au bénéfice de ceux qu’il représente : les citoyens. » Cette dernière législature aura été celle de l’influence du Parlement sur le contenu des textes : il n’a pas le pouvoir de proposition, mais il a démontré qu’il avait un pouvoir d’amélioration.