RETOUR

Virginie Rozière

Droit d’auteur : le vote du Parlement menace les artistes et la création européenne estime Virginie Rozière

Le Parlement européen a rejeté aujourd’hui le mandat de négociation voté par la commission des affaires juridiques sur la directive droit d’auteur. Cette décision fragilise les créateurs européens et inquiète particulièrement les eurodéputés progressistes.

Parmi eux, Virginie Rozière, eurodéputée Les Radicaux de gauche, dénonce « un vote orienté qui menace à terme la viabilité du secteur économique de la création en Europe ». Les plateformes numériques ont bouleversé les modes de consommation de la culture et les GAFA sont devenus un vecteur incontournable de sa distribution et de sa diffusion. Bien qu’ils génèrent des revenus colossaux, ils ne rétribuent pas ou presque pas les auteurs pour l’utilisation faite de leurs œuvres. « L’asymétrie du rapport de force est telle que les revenus engendrés par les artistes sont majoritairement captés par les acteurs du numérique sans que ces derniers financent la création. C’est cette situation intenable que nous avons dénoncée» rappelle l’eurodéputée radicale de gauche.

L’eurodéputée tient à dénoncer le lobbying intensif qui a émaillé les débats au sein du Parlement européen et de la société civile : « La véhémence des campagnes mensongères, largement façonnées et relayées par les GAFA est pour beaucoup dans ce résultat inquiétant. Ils n’ont eu de cesse de brandir des prétendues atteintes aux libertés pour maintenir leur irresponsabilité. Pourtant, nous ne le répéterons jamais assez : les mesures que nous proposons ne limiteront aucunement les libertés d’accès aux œuvres et d’expression sur Internet ! De même que l’usage des memes et des mash-ups a toujours été protégé par l’exception de parodie et continuera de l’être. »

« Je suis d’autant plus déçue de ce résultat que nous étions parvenus à mettre l’accent sur la défense des auteurs et interprètes, en introduisant un nouveau droit à une rémunération proportionnelle pour l’exploitation des œuvres en ligne. Cette belle victoire pour la défense des travailleurs de la culture est maintenant également menacée ! » a conclu l’eurodéputée.

Le texte sera ouvert aux amendements lors de la prochaine session plénière en septembre.