RETOUR

Virginie Rozière

Explication de vote _ protéger les lanceurs d’alerte qui agissent au nom de l’intérêt public

Les scandales financiers SwissLeaks, LuxLeaks, Panama papers et BahamasLeaks sont dans toutes les mémoires. Derrière chaque révélation, c’est un lanceur d’alerte qui s’expose pour défendre l’intérêt général. C’est pourquoi j’ai porté et défendu le rapport pour une protection européenne des lanceurs d’alerte. Avec ce vote essentiel nous avons remporté une grande victoire pour la liberté d’informer et la défense de l’intérêt général. Cette étape est décisive pour l’affermissement  des valeurs démocratiques de nos institutions et confirme que le Parlement est une réelle force de proposition. La possibilité de la divulgation à la presse a été un combat essentiel : une semaine après l’assassinat de Daphne Caruana Galizia, la journaliste maltaise, la droite européenne s’obstinait à condamner les révélations parues dans les media. Ne pas permettre l’alerte aux médias, ou n’ouvrir cette possibilité qu’en dernier recours, revient à entraver la liberté d’informer et le droit du public d’accéder à des informations d’intérêt général. En tant que rapporteure socialiste et radicale de gauche je me félicite  que sa tentative de bâillonner la démocratie a été rejetée par une majorité de député.