RETOUR

Virginie Rozière

Explication de vote : Le droit d’auteur dans le marché unique numérique

Depuis une dizaine d’années, les modes de consommation des œuvres ont été largement modifiés par le développement du numérique. Internet est donc devenu central pour accéder aux œuvres culturelles et un vecteur incontournable de leur distribution. Dans ce nouvel écosystème, les artistes européens se retrouvent directement confrontés aux géants du numérique américains, les GAFA, qui diffusent massivement leurs œuvres, le plus souvent sans autorisation ni rémunération adéquate. Ce nouveau modèle économique précarise énormément les acteurs de la création et les journalistes de terrain qui voient le fruit de leur recherche augmenter les bénéfices des GAFA sans qu’ils contribuent à financer la presse.

J’ai donc voté en faveur de la proposition de la directive qui demande plus d’équilibre et de transparence dans les accords passés entre les auteurs et les intermédiaires numériques afin de préserver et soutenir la création en Europe. Tout l’enjeu de ce texte était de créer un droit à rémunération des artistes et des éditeurs de presse pour la diffusion numérique de leurs œuvres et articles sans remettre en cause les libertés fondamentales liées aux usages d’internet.