RETOUR

Virginie Rozière

Explication de vote : Perturbateurs endocriniens : état des lieux à la suite de l’arrêt de la Cour du 16 décembre 2015

Les maladies et troubles tels que le cancer du sein, les malformations congénitales, les baisses de la fertilité masculine, la puberté précoce sont en progression constante depuis plusieurs années. Cette situation peut être imputée pour partie aux perturbateurs endocriniens, présents dans de nombreux produits du quotidien : cosmétiques, emballages, jouets pour enfants. Il n’existe cependant toujours pas de législation au niveau européen malgré les demandes insistantes du Parlement européen. Attendu depuis 2013, la Commission a transformée cette législation en une étude de l’impact économique de l’interdiction des perturbateurs endocriniens, contrairement à ses engagements. Cette attitude de la Commission lui a valu une condamnation par la Cour de Justice de l’UE fin 2015. Par cette résolution, le Parlement adresse un ultime avertissement à la Commission européenne en exigeant l’adoption de critères de classification des perturbateurs endocriniens avant l’été. Nous avons besoin d’une législation européenne contre cette menace invisible et permanente qui affecte notre santé et pèse dans les budgets de nos systèmes de sécurité sociale.