RETOUR

Virginie Rozière

discours d'emmanuel macron devant les évêques de france

Je m’oppose aux modifications de la loi de 1905

Elle est la clé de voûte de notre édifice démocratique et républicain

Au moment où Emmanuel Macron annonce vouloir revenir sur la loi de 1905 en la ciblant explicitement dans sa lettre adressée aux Français, la député européenne Virginie Rozière estime que le climat est très préoccupant pour la laïcité.

Dans un contexte où les citoyens attendent légitimement un débat plus participatif et une co-construction de la société, Virginie Rozière « s’inquiète des termes employés et de la vision exprimée par E. Macron dans sa lettre. La laïcité n’est pas l’œcuménisme et ne vise pas à régler un hypothétique dialogue de l’Etat avec les religions. »

« En recevant les cultes de manière répétée comme le Président de la République l’a encore fait le 7 janvier dernier, il démontre son manque de considération à l’endroit de ce texte fondateur de notre système républicain. Les grandes orientations politiques, comme par exemple les questions de bioéthique, doivent s’élaborer à l’abri des influences religieuses », ajoute Virginie Rozière.

« C’est le sens de mon engagement pour l’appel des 113 que j’ai signé, paru dans Marianne en début d’année : depuis 113 ans, la Loi de séparation des Églises et de l’État est un texte fondateur de notre République, la clé de voûte de l’édifice démocratique et républicain qui nous protège et l’expression de l’idéal de justice et de fraternité universelle qui nous anime » précise-t-elle.

En conclusion : « Je suis radicale, porteuse des convictions qui ont permis de bâtir la loi de 1905. En tant que co-présidente des Radicaux de Gauche, je porte le projet d’une République laïque, démocratique et sociale qui place le citoyen au cœur de ses actions et propositions pour une société plus juste, plus solidaire. Une société de progrès possible et partagé », argumente Virginie Rozière.