RETOUR

Virginie Rozière

Lanceurs d’alerte. Un accord historique arraché à la France. L’Humanité.

Parlement et États membres se sont mis d’accord sur un texte visant à protéger les lanceurs d’alerte. Jusque-là, la France tentait de le vider de sa substance.

Ce qui ne convient pas aux eurodéputés, qui décident, en novembre dernier, de supprimer cette hiérarchie en commission des Affaires juridiques. Ils pointent « des cas de lutte contre la corruption, où il y existe des besoins de signalements directs externes », explique Virginie Rozière, qui ajoute : « On ne peut pas demander aux lanceurs d’alerte de choisir entre s’exposer à des représailles et à un isolement, et, s’ils vont directement en externe, de ne plus bénéficier de protection. » Une hiérarchie de l’alerte digne du « non-sens », selon l’eurodéputé PCF et directeur de l’Humanité Patrick Le Hyaric : « Elle expose le lanceur d’alerte et le met potentiellement en danger, en plus de permettre à l’entreprise de couvrir les faits avant qu’ils ne soient dénoncés. »