RETOUR

Virginie Rozière

Le Parlement européen se prononce pour la fin du changement d’heure, Le Monde

Les socialistes et radicaux français ont ainsi préféré voter contre le projet de directive, mardi, pour éviter la « désharmonisation européenne, les effets collatéraux n’ont pas été mesurés », estime l’élue Virginie Rozière.

Un pas de plus vers la fin du changement d’heure dans l’Union européenne (UE) ? Mardi 26 mars, le Parlement européen, qui poussait la Commission européenne à agir depuis début 2018, s’est largement prononcé en faveur d’une proposition de directive de l’institution recommandant la suppression du changement d’heure saisonnier.

Il s’agit d’amender une directive de l’an 2000, qui harmonise les choix des Etats membres, tous étant censés appliquer deux fois par an les changements d’heure saisonniers, avec la même périodicité, à la même heure et le même jour. Ils doivent passer de l’heure légale à l’heure d’été le dernier dimanche du mois de mars, jusqu’au dernier dimanche du mois d’octobre de la même année.

Attention : le vote du Parlement n’enterre pas définitivement le changement d’heure. Car au Conseil de l’UE (les Etats membres), tous les gouvernements ne partagent pas l’enthousiasme de leurs opinions publiques. Si la Finlande, les pays baltes, la Belgique ou l’Allemagne ont clairement pris position pour la fin de l’alternance, avec une fixation sur l’heure d’été, le Portugal ou la Grèce refusent la fin des changements saisonniers. Et la France, comme pas mal d’autres, n’a tout simplement pas tranché.

Au-delà de ces divergences, les pays ont tous conscience qu’à choisir chacun son heure sans se préoccuper du choix des voisins, à préférer les options nationales à une harmonisation européenne, ils pourraient sérieusement compliquer la vie de leurs citoyens et de leurs entreprises.