RETOUR

Virginie Rozière

LOBBYING ET FAUX NEZ À BRUXELLES, Challenges

Youtubers vedettes, pointures de la politique, recrutements de parlementaires, budgets musclés… Les Gafa ne laissent rien au hasard pour défendre leurs intérêts au coeur du pouvoir européen.

« En juillet dernier, 40 000 mails sont arrivés dans ma boîte en quelques jours pour me demander de ne pas voter la directive sur le droit d’auteur », soupire Virginie Rozière. Cette polytechnicienne fait partie des élus français qui connaissent le mieux les institutions européennes : fonctionnaire au Parlement, elle est députée européenne depuis 2013. En s’impliquant dans le vote de la directive sur les droits d’auteur, intervenu en définitive le 26 mars, l’exchampionne de judo a découvert avec ce texte un « lobbying encore pire que celui qui avait entouré la directive sur les armes à feu ».

Attaqués par des robots dont les adresses IP provenaient surtout des Etats-Unis, les députés européens ont aussi eu la désagréable surprise de voir des camions aux couleurs de l’Edima circuler avec des affiches géantes portant ce genre de slogan : « Chers députés, voulez-vous vraiment qu’on se souvienne de vous comme de ceux qui ont censuré Internet ? ».

Challenges – D.D. (envoyée spéciale à Bruxelles)