RETOUR

Virginie Rozière

L’UE offre un statut plus protecteur aux lanceurs d’alerte. La Correspondance Economique

La Correspondance Economique, le 13 mars, L'UE offre un statut plus protecteur aux lanceurs d'alerte

Un accord interinstitutionnel provisoire a été trouvé dans la nuit de lundi à mardi sur la directive visant à mieux protéger les lanceurs d’alerte en Europe. Celui-ci a été dégagé « in extremis », à quelques semaines des élections européennes. Il devrait toutefois encore pouvoir être formellement adopté sous la législature en cours, vraisemblablement pendant la dernière session plénière du Parlement européen, mi-avril (quitte à ce qu’une version « nettoyée » du texte, passée entre les mains des juristes et des linguistes européens, soient validée, pour le principe, par les nouveaux eurodéputés qui seront élus au mois de mai).

Hier, la rapporteure du texte au Parlement européen, Mme Virginie ROZIERE, membre du groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), saluait donc une « avancée de taille » et une véritable « victoire démocratique« .

L’UE est en effet sur le point de se doter de son tout premier texte visant spécifiquement à protéger ces hommes et ces femmes qui, à l’image de de Mme Inès FRACHON dans le scandale du Médiator, de M. Denis ROBERT dans l’affaire Clearstream ou de M. Antoine DELTOUR, à l’origine des LuxLeaks, osent dénoncer des méfaits de tout type dont ils sont témoins dans le cadre professionnel.