RETOUR

Virginie Rozière

évasion fiscale

Luttons efficacement contre la criminalité financière !

La commission spéciale du Parlement Européen TAX3, formée suite aux multiples scandales financiers de ces dernières années – LuxLeaks, Panama Papers, CumEx files… – a mené 4 années d’enquêtes avec l’audition des différents acteurs de la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales. Le Parlement Européen a adopté aujourd’hui le rapport de cette commission spéciale.

« Durant cette mandature nous n’avons cessé de découvrir des scandales fiscaux comme les Lux Leaks ou plus récemment CumEx. » constate l’eurodéputée S&D, Virginie Rozière.

Ces scandales ont révélé le dysfonctionnement des échanges d’informations. Le Parlement européen exhorte les États membres à plus de coopération. « La coopération n’est pas suffisante, il faut centraliser la lutte et la surveillance du blanchiment, notamment en dotant l’Autorité bancaire européenne de ressources suffisantes pour améliorer la surveillance anti-blanchiment », explique-t-elle.

Mais les préconisations pour orienter les propositions futures de la Commission, doivent aussi être entendues par les États membres. « Ce sont les États membres qui font obstacle et bloquent toute avancée en matière de lutte contre l’optimisation fiscale. Abolir le veto national en matière fiscale au Conseil est un préalable. Nous ne pouvons laisser l’égoïsme des États membres réduire l’Union européenne à l’inaction. » insiste l’eurodéputée.

Pour lutter contre l’évasion fiscale et mettre en place une justice fiscale, « J’ai toujours défendu le taux d’imposition minimum effectif de 18% pour les sociétés en Europe. L’adoption de cette mesure serait une avancée considérable pour l’harmonisation fiscale en Europe. Une préconisation que la droite libérale a rejetée en suivant aveuglément le lobbying des grandes entreprises dont les pratiques privent les citoyens européens de 825 milliards d’euros chaque années. », conclut Virginie Rozière l’eurodéputée Radicale de Gauche (LRDG).