RETOUR

Virginie Rozière

Orientations de l’Union européenne et mandat de l’envoyé spécial de l’Union pour la promotion de la liberté de religion ou de conviction à l’extérieur de l’Union européenne

Le Conseil a adopté en 2013 les orientations de l’Union européenne relatives à la promotion et à la protection de la liberté de religion ou de conviction et a nommé en mai 2016 le premier envoyé spécial pour la promotion de la liberté de religion ou de conviction à l’extérieur de l’UE, suite aux pressions de l’Église catholique. En 2018, le Parti Populaire européen a envisagé la rédaction d’un rapport du Parlement européen proposant de renforcer le mandat de l’envoyé spécial de l’Union.

Préoccupée de longue date par le rôle discutable et flou de cet envoyé dont les états de service auprès du Vatican sont connus, j’ai souhaité rééquilibrer le rapport en insistant sur la liberté de conscience plutôt que sur la liberté de culte, et en y intégrant la protection des non-croyants, des athées et des apostats.

Pour autant, j’ai décidé de m’abstenir lors du vote du rapport sur le mandat d’envoyé spécial de l’Union pour la promotion de la liberté de religion ou de conviction à l’extérieur de l’UE. En effet, la confirmation du mandat de cet envoyé spécial s’inscrit hélas dans la continuité d’une tendance qui donne un rôle institutionnel croissant aux religions vis-à-vis des institutions européennes.