RETOUR

Virginie Rozière

Restaurer l’ordre naturel : l’agenda des fondamentalistes pour revenir sur les droits des citoyens Européens

Un retour de l’obscurantisme programmé à l’échelle de l’Europe

D epuis plusieurs années nous assistons à la résurgence de velléités religieuses qui, non contentes de s’opposer aux politiques luttant contre les discriminations, tentent de revenir sur des droits fondamentaux comme l’accès à l’IVG.

L’enquête que vous allez lire révèle que ce sursaut n’a rien de spontané mais répond, au contraire, à une stratégie internationale. Coordonnés à l’échelle du continent, ces extrémistes visent délibérément un retour à l’aliénation des femmes et à la négation des droits des personnes LGBTI.
Les documents analysés indiquent qu’ils ont eux-mêmes baptisé leur plan de bataille « Restaurer l’Ordre naturel », en référence à leur méthode qui consiste à adapter leur vision dogmatique de la société à un lexique biologique ou juridique pour mieux justifier le retour à la famille traditionaliste.

Je tenais à remercier Neil Datta, le secrétaire du Forum Parlementaire Européen sur la population et le développement qui a rédigé ce rapport à partager sans modération.

Résumé du rapport :

En 2013, 20 militants américains et européens ont commencé à élaborer des stratégies, axées sur des « objectifs réalisables », pour faire reculer les droits humains dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive en Europe.

Des documents sont récemment apparus, révélant au grand jour une stratégie extrémiste précise appelée Restaurer l’ordre naturel : un agenda pour l’Europe. Elle vise à inverser les lois existantes concernant les droits humains fondamentaux en matière de sexualité et de reproduction, tels que le droit au divorce ; pour les femmes, le droit à avoir accès à la contraception, aux technologies de procréation assistée et à l’avortement ; le droit à l’égalité pour les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI) ; ou encore le droit de changer de genre ou de sexe, sans craindre de répercussions légales. Le groupe initial de militants s’est agrandi jusqu’à attirer plus de 100 organisations anti-droits humains, anti-droits des femmes et anti-LGBTI, répandues dans plus de 30 pays européens et a aujourd’hui pour nom Agenda Europe. Agenda Europe est un réseau de mobilisation professionnel, inspiré par le Vatican, dont les membres se rencontrent en secret et qui est directement responsable de la mise en oeuvre d’une stratégie détaillée pour faire reculer les droits humains. La stratégie d’Agenda Europe donne actuellement des résultats concrets, tels que le projet de loi polonais de 2016 pour interdire l’avortement, des oppositions au mariage homosexuel dans de nombreux pays d’Europe centrale et plus d’une douzaine de lois comparables au niveau national et dans les institutions européennes visant à limiter les droits des femmes et des personnes LGBTI. Le présent document analyse les objectifs, les stratégies et les acteurs principaux d’Agenda Europe, afin d’aider les défenseurs des droits humains à y répondre avec pertinence.