RETOUR

Virginie Rozière

Une protection « digne de ce nom » pour les lanceurs d’alerte , Midi Libre

Des portraits de victimes du MediatorTM pour illustrer le nouveau statut des lanceurs d’alerte.

Dans sa permanence de la place du Millénaire, Virginie Rozière a accroché des portraits de victimes du MediatorTM. Gérard, Claudie, « Ornella qui devait être présente lors de la présentation de l’exposition au Parlement à Bruxelles, en février, a fait un AVC la veille ». Leur signe atrocement distinctif, une cicatrice verticale qui leur barre le torse, stigmate d’une opération à cœur ouvert, signature de ce qui se révélera comme un scandale sanitaire à peine croyable.

Mettre des visages sur des réalités

« L’exposition s’appuie sur le travail de Marc Dantan dont j’avais lu un article dans la presse. Il a parcouru le pays à la rencontre des victimes du MediatorTM, mis des visages sur des réalités, leur offrant cette visibilité et cette humanité au cœur de ce que l’on a appelé froidement l’affaire du MediatorTM. »

C’est parce qu’elle a été profondément marquée par l’un des plus gros scandales sanitaires – et financier – de ce début de siècle « et par le courage inouï d’Irène Frachon », la pneumologue de Brest qui l’a révélé – notre Erin Brockovitch à la française -, que Virginie Rozière s’est émue des risques encourus par les lanceurs d’alerte. L’Union européenne est en effet sur le point de se doter de son tout premier texte visant à protéger ces hommes et ces femmes qui, à l’image d’Irène Frachon, dénoncent des faits dont ils sont témoins dans le cadre professionnel. Dans le viseur, des actes illégaux causant un préjudice grave à l’intérêt public.

« Nous devons faciliter l’alerte et protéger ceux et celles qui la donnent. »

À quatre jours près, « il fallait tout reprendre de zéro », soupire-t-elle, l’œil victorieux. Mais ce 11 mars, elle obtient un accord avec les États membres sur la directive pour la protection des lanceurs d’alerte : « Le Parlement européen, les ONG, les syndicats, les citoyens se sont fortement mobilisés pour demander une protection européenne digne de ce nom. »

Article du Midi Libre Montpellier